Les fermes d’Espoir
Les fermes
d’Espoir
Bouton menu
Les Fermes d’Espoir

PORTRAIT DE FERMIER.E

Hasna, Service Civique

LE PORTRAIT DU MOIS


Hasna, Service Civique

“Je m’appelle Hasna, j’ai 20 ans et je suis étudiante en langues à l’Université Paris Est Créteil. J’ai découvert Les Fermes d’Espoir par une amie qui elle-même avait fait du bénévolat pour les fermes. D’abord je suis venue faire un entretien puis j’ai passé des jours d’essais fin février et j’ai commencé mon service civique à la ferme du Jardin d’Eole le 1er avril.

J’ai postulé à la ferme car j’adore les animaux ! Auparavant, j’ai fait du pet-sitting pour gagner un peu d’argent ; je peux me le permettre car j’ai une grande maison en Essonne. Et aussi j’ai de la famille au Maroc qui ont une ferme, donc j’avais déjà de l’expérience avec les animaux. Par exemple, j’avais déjà l’habitude de m’occuper des pâturages. Mais au bled ça ne dure pas 2h mais une journée !

Avant de commencer mon poste de médiatrice nature à la ferme d’Eole, c’était une période assez compliquée pour moi. Après les confinements, j’avais peur de sortir car ça faisait des mois que je ne sortais plus du tout. Dès que j’avais une sortie de prévue avec des amis je stressais. Alors travailler à la ferme, revoir des gens, m’a fait du bien !

Lorsque j’ai commencé, j’ai été très bien accueillie et épaulée. Dès mes premiers jours, un service civique plus ancien que moi m’a pris sous son aile et m’a tout montré. Le fait que les fermiers soient principalement des jeunes en services civiques, je trouve que ça apporte un plus. Ça met vraiment à l’aise. J’ai rencontré des gens qui sont devenus de très bons copains maintenant.

Concrètement, mon travail consiste à m’occuper du nourrissage, de l’entretien des enclos, de l’accueil du public, des animations… J’aime beaucoup m’occuper des animaux. Être dans ma petite bulle, prendre soin d’eux, je ne m’en lasse pas.

Si je devais décrire mon expérience en trois mots je dirais : responsabilité, bienveillance, et patience. Cette expérience m’a appris à avoir des responsabilités et à devoir gérer tout un petit monde : à la fois des enfants et en même temps des animaux. Ça m’a aussi appris à être moins timide et à parler devant des groupes de personnes. Au début j’étais réservée et maintenant beaucoup moins !

Professionnellement parlant, pour la suite, mon idéal serait de finir ma licence en langues et de faire un master en communication et événementiel, à l’échelle internationale. Et donc de voyager dans le monde entier, d’être tout le temps en activité, de bouger partout ! Le côté routine du travail c’est quelque chose qui me fait peur car je me lasse très vite.”