Les fermes d’Espoir
Les fermes
d’Espoir
Bouton menu
Les Fermes d’Espoir

Article de l’Echo Régional du 5 juin 2020

« Nous avons réaménagé le terrain, le parcours pédagogique, remis en état les enclos et le potager », annonce Julien Boucher, directeur d’exploitation de la ferme pédagogique.

Les ouvertures publiques vont reprendre en week-end.

« Nous ouvrirons nos portes pour tous, dans un cadre sécurisé, dans les semaines qui arrivent », promet le responsable du site perché sur les hauteurs de la butte francilienne.

Ferme espoir
La Butte Pinson est un îlot de verdure de 114 hectares au passé horticole, qui se situe au cœur de l’agglomération parisienne et a été réaménagé par l’agence des espaces verts de la Région Île-de-France.

Lire aussi :La ferme de la Butte-Pinson éveille les sens

« Nous nous inscrivons dans une démarche de développement durable et d’éducation populaire avec pour objectifs : la promotion d’une agriculture de proximité, un travail de sensibilisation à l’environnement, la participation de tous au débat public, l’innovation sociale et économique, a créativité individuelle et collective », détaille Julien Boucher.

L’action de la ferme pédagogique de la Butte Pinson a trois enjeux : dynamiser le territoire, créer des liens entre l’urbain et le périurbain et valoriser des sites désaffectés.

Travail social
Plus qu’un espace pédagogique, qui reçoit la visite d’écoliers et d’activités périscolaires, la ferme est surtout un site d’accueil pour travailleurs sociaux.

Elle est membre des Fermiers franciliens comme la ferme universitaire P13, située à Villetaneuse (Seine-Saint-Denis) et la Ptite ferme de la goutte d’Or, à Paris 18e.

Elle est aussi adhérente de l’association Espoir-Cfdj, qui intervient depuis plus de dix ans auprès de mineurs non accompagnés.

En novembre 2018, la ferme de la Butte Pinson a reçu la visite de la ministre de la Justice, Nicole Belloubet, qui y est venue promouvoir le développement du travail d’intérêt général (Tig) et présenter la future agence des Tig, comme alternative à la prison.

Des animaux en semi-liberté et des hommes qui seraient condamnés par la justice à des peines de travaux d’intérêt général (Tig) : c’est la cohabitation qui est proposée par l’association de réinsertion de la ferme pédagogique de la Butte-Pinson, qui propose à des jeunes sous main de justice de s’initier aux travaux de la ferme, pour les préparer à une réinsertion dans la société. Ils ont, pour la plupart, entre 18 et 25 ans.

Le plus souvent, ils sont sans emploi et ont décroché du système scolaire. Ils sont encadrés par cinq conseillers en insertion. C’est eux qui se chargent de la mise en place de la peine et de la relation avec les services pénitenciers. Il y a en moyenne une quarantaine de Tig en permanence dans la ferme.

Les Tig se chargent de donner à manger aux animaux, nettoyer les enclos, sortir les vaches, l’âne et les moutons en pâture. Cette responsabilité envers des êtres vivants contribue à se réinsérer.

La ferme pédagogique de Montmagny (Val-d’Oise) reçoit la visite d’écoliers et d’activités périscolaires. ©Ferme Pédagogique de la Butte Pinson

https://actu.fr/ile-de-france/montm...